Saint Grégoire le Thaumaturge

Evêque de Néo-Césarée (Le Pont)
né vers 213 à Néo-Césarée
Mort vers 270 à Néo-Césarée

Et si je voulais chanter encore l'un de ces êtres qui ne se montrent pas, mais qui sont divins et prennent soin des hommes, que mon discours soit aussi reconnaissant envers celui, qui, depuis mon enfance, en vertu d'une haute décision, eut en partage de me diriger, de m'élever, d'être mon tuteur, le saint Ange de Dieu "qui me nourrit depuis ma jeunesse" (a), comme dit cet homme ami de Dieu [Origène], parlant évidemment du sien. [...]
Quant à nous, outre celui qui guide tous les hommes ensemble, nous connaissons et nous louons aussi celui qui, quel qu'il soit, est notre pédagogue particulier, à nous qui sommes tout petits. Celui-ci, en toutes les autres circonstances sans aucune exception, m'a toujours bien élevé et a toujours bien pris soin de moi. En effet il ne nous est pas possible de voir notre intérêt, ni moi, ni aucun de mes proches, car nous sommes aveugles, nous ne voyons pas notre avenir, de manière à pouvoir juger de nos besoins : c'est à lui que cette tâche incombe, car il voit d'avance ce qui est utile à nos âmes !

(a) : Genèse 48.15

Saint Grégoire le Thaumaturge, Remerciements à Origène, chap. 4. La lettre d'Origène à Grégoire,
Paris, Le Cerf, 1969. (Sources chrétiennes, 148)

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Hilaire

Evêque de Poitiers, docteur de l'Eglise
Né en 315 à Poitiers (France)
Mort en 367

Dans les combats que nous menons pour rester forts contre les puissances mauvaises, les Anges nous assistent.

St Hilaire, Tract. Psalm. 65; P.L. IX, 430 A.

Les esprits ont été envoyés pour secourir le genre humain. En effet notre faiblesse, si des Anges gardiens ne lui avaient été donnés, ne pourrait résister aux attaques nombreuses et puissantes des esprits célestes. Elle avait besoin pour cela de l'aide d'une nature supérieure. Nous savons qu'il en est ainsi par les paroles avec lesquelles le Seigneur fortifie Moïse tremblant et craintif : "Mon Ange te précédera". C'est pourquoi Dieu tire ces vents de ses trésors, donnant par eux une aide à la faiblesse humaine, afin que ces divins secours nous aident contre les puissances de ce monde de ténèbres à atteindre l'héritage du salut.

St Hilaire, Tract. Psalm. 134; P.L. IX, 761 AB.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Basile

Evêque de Césarée, père du monachisme oriental, docteur de l'Eglise
Né en 329 à Césarée, en Cappadoce (Turquie)
Mort en 379 à Césarée

Parmi les Anges, les uns sont préposés aux nations, les autres compagnons des fidèles... Que chaque fidèle ait un Ange, pour le diriger, comme pédagogue et pasteur, c'est l'enseignement de Moïse (1).

(1) : Genèse 48.16

Saint Basile, Adv. Eun., 3, 1; P.G. XXIX, 656 A-657A

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Jean Chrysostome

Patriarche de Constantinople, docteur de l'Eglise
Né entre 344 et 354 à Antioche (Syrie)
Mort le 14 septembre 407 à Comane (Cappadoce)

Dans une église dédiée aux martyrs :

Oui, les Anges sont ici présents ; à l'assemblée d'aujourd'hui concourent également les Anges et les martyrs. Vous désirez peut-être voir les uns et les autres ? Eh bien, ouvrez les yeux de la foi, et vous contemplerez ce spectacle. Si l'air entier est peuplé d'anges, à plus forte raison en sera-t-il ainsi de l'Eglise ; s'il en est toujours ainsi de l'Eglise, à plus forte raison en ce jour où leur maître a été enlevé de la terre. Que l'air entier soit peuplé d'anges, l'apôtre vous le montre quand il commande aux femmes de se voiler la tête : "Les femmes, dit-il, doivent avoir un voile sur leur tête, à cause des Anges" (a). "Un Ange, disait Jacob, m'a protégé dès ma jeunesse" (b).

(a) : 1 Corinthiens 11.10
(b) : Genèse 48.16

Saint Jean Chrysostome, Oeuvres complètes, Paris, L. Vivès, 1874, vol. 2, Homélie sur l'Ascension de Notre-Seigneur.

Qu'y a-t-il de meilleur, dis-moi ? Parler du voisin et de ses affaires, s'enquérir curieusement de toutes choses ? Ou s'entretenir des Anges et des choses qui sont propres à nous enrichir ?

Saint Jean Chrysostome, In Joa. Homil. 18, PG 59, col. 119.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Jérôme

Prêtre, docteur de l'Eglise
Né vers 347 à Stridon (Dalmatie)
Mort le 30 septembre 419 à Bethléem (Palestine)

Si grande est la dignité des âmes que chacune, dès sa naissance, a un Ange préposé à sa garde.

Saint Jérôme, Commentaire sur Saint Matthieu, Paris, Le Cerf, 1979, vol 2, livre 3, chap. 18-10. (Sources chrétiennes, 259).

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Augustin

Evêque d'Hippone (Numidie), docteur de l'Eglise
Né le 13 novembre 354 à Thagaste (Numidie)
Mort le 28 août 430 à Hippone

Toute chose visible en ce bas monde est confiée à un Ange.

Saint Augustin, Huit questions.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Jean Damascène

Moine, docteur de l'Eglise
Né vers 650 à Damas (Syrie)
Mort vers 750 à la Laure de Saint-Sabas près de Jérusalem (Palestine)

Ils [Les Anges] sont puissants et prêts pour l'accomplissement de la volonté de Dieu. On les trouve aussi doués d'une grande vélocité partout où l'acquiescement de Dieu le leur ordonne ; ils gardent les parties de la terre ; ils président aux peuples et aux régions, selon qu'ils ont été établis par le Créateur ; ils dirigent nos affaires et nous assistent. Suivant la volonté et la disposition divines ils sont au-dessus de nous et entourent toujours Dieu.

V. Ermoni, Saint Jean Damascène, 2° édition, Paris, Bloud et Gay, 1904, chap. 5 : les Anges. (La pensée chrétienne : textes et études).

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Bernard

Moine de Cîteaux, fondateur de l'abbaye de Clairvaux, berceau des Bénédictins réformés (Cisterciens), docteur de l'Eglise
Né en 1090 à Fontaine-lès-Dijon (Côte-d'Or)
Mort en 1153 à Clairvaux (Aube)

Dans quelque maison, dans quelque réduit que vous soyez, respectez votre bon Ange, car il est présent; il est tout près de vous; non seulement il est avec vous, mais il est là pour vous, il cherche à vous protéger et à vous être utile.
Avec un Ange auprès de vous, que pourriez-vous craindre ? Votre Ange ne peut se laisser vaincre ni tromper; il est fidèle, il est prudent, il est puissant : pourquoi donc avoir peur ?
Si quelqu'un avait le bonheur de voir tomber le voile qui couvre ses yeux, il verrait avec quelle attention, avec quelle sollicitude les Anges se tiennent au milieu de ceux qui prient, au dedans de ceux qui méditent, sur le lit de ceux qui reposent, sur la tête de ceux qui gouvernent et qui commandent.

Ange de l'Eglise, 1999, © Editions Bénédictines, Rue E. Guinnepain - 36170 Saint-Benoît-du-Sault - France.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Anselme

Moine du Bec (Normandie), archevêque de Cantorbéry (Kent, Angleterre), docteur de l'Eglise
Né en 1033 à Aoste (Piémont, Italie)
Mort le 21 avril 1109 à Cantorbéry

Que vos entretiens soient toujours purs et qu'ils roulent sur Dieu ; prenez modèle sur les Anges du ciel. Hormis les soins qu'exige la fragilité de la nature humaine, pour vivre toujours dans le ciel (a), considérez et imitez en tout la vie des Anges. Que cette contemplation soit votre maîtresse, que cette considération soit votre règle.
Poursuivez ce qui s'harmonise avec la vie angélique ; détestez ce qui s'en éloigne. Songez que vos Anges, - comme l'a déclaré le Seigneur : "vos Anges contemplent sans cesse le visage de mon Père" (b) - vous sont toujours présents et qu'ils considèrent vos actions et vos pensées (c), et prenez soin de toujours vivre comme si vous expérimentiez sensiblement leur présence.

(a) : Cf Philippiens 3.20
(b) : Matthieu 18.10
(c) : Cf La règle de Saint Benoît, chap. 7

Saint Anselme, Un croyant cherche à comprendre, Paris, le Cerf, 1970, Epître 230. (Chrétiens de tous les temps, 40).

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Sainte Lidwine de Schiedam

Le propre de sa fête (14/04) nous apprend qu'elle fut un
"exemple de la souffrance humaine et de la patience héroïque".
 Devenue grabataire à la suite d'un accident alors qu'elle n'a que seize ans,
elle s'unit à la Passion du Christ et sera favorisée jusqu'à la fin de sa vie
de nombreuses grâces mystiques.
Née en 1380
Morte en 1433

Prière à son Ange Gardien :

Ange de Dieu et bien-aimé Frère, je me confie en votre bénéficence et vous supplie humblement d'intercéder pour moi auprès de mon Epoux, afin qu'il me remette mes péchés, qu'il m'affermisse dans la pratique du bien, qu'il m'aide par sa grâce à me corriger de mes défauts et qu'il me conduise au Paradis pour y goûter la fruition de sa présence et de son amour et y posséder la vie éternelle.
Ainsi soit-il.

Une vision ravissante :

Une pieuse veuve qui soignait sainte Lydwine de Schiedam et qui n'ignorait pas que les Anges se révélaient à son amie sous une forme sensible, la supplia de lui en montrer un.
Lydwine, reconnaissante à cette femme de tant de bons soins, implora le Seigneur et après s'être assurée que sa prière était accueillie, elle dit à la veuve :
- Agenouillez-vous ma très chère, voici que l'ange que vous désirez connaître vient.
Et l'ange jaillit dans la chambre sous la figure d'un jeune garçon dont la robe était tissée de fils de feux blancs. Cette femme était tellement enchantée qu'elle fut incapable de proférer une seule parole pour exprimer sa joie. Alors Lydwine, réjouie de la voir si contente, demanda :
"- Mon frère, voulez-vous autoriser ma sœur à contempler, ne fût-ce que pendant une minute, la splendeur de vos yeux ?
Et l'ange la fixant, cette femme se souleva hors d'elle-même, et durant quelque temps, elle ne fit plus que gémir d'amour et pleurer, sans pouvoir dormir ou manger."

Lydwine disait quelquefois à ses intimes : "Je ne connais nulle affliction qu'un seul regard de mon Ange ne dissipe ; son regard opère sur la douleur comme un rayon de soleil sur la rosée du matin qu'il évapore. Imaginez-vous donc de quelles allégresses le Créateur inonde ses élus dans le ciel, puisque la vue du moindre de ses Anges suffit pour disperser tous les maux et nous dispenser une jubilation qui surpasse de beaucoup toutes celles que nous pouvons attendre ici-bas. »
Et elle ajoutait : « Il sied d'aimer et de vénérer ces purs Esprits qui, bien que très supérieurs à nous, consentent cependant à nous protéger et à nous servir. »

Chanoine Millot, Trésor d'Histoires pour l'explication de la doctrine chrétienne, T.1. Paris, Lethielleux, 1909.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Sainte Françoise Romaine

Mariée et mère de trois enfants tôt décédés,
fondatrice de la congrégation des Oblates bénédictines
Née en 1384 à Rome (Italie)
Morte en 1440 à Rome (Italie)

L'Ange de sainte Françoise Romaine :

Sainte Françoise Romaine eut trois enfants, deux fils et une fille, qu'elle éleva dans la crainte de Dieu et la pratique de la piété. Le cadet mena la vie d'un Ange et mourut à neuf ans. Peu de temps après sa mort, il apparut à sa mère tout resplendissant de beauté. Il lui parla du bonheur qu'il goûtait au paradis, et lui montrant un beau jeune homme qui se tenait à ses côtés : « Voici, dit-il, un archange envoyé par Dieu pour vous assister et vous accompagner jour et nuit. »
Depuis ce moment, Françoise eut la consolation de voir constamment l'archange auprès d'elle, d'une manière sensible.
Il l'avertissait de ses manquements, et parfois même il la châtiait. Un jour, en présence de la sainte, quelques personnes tenaient une conversation frivole. Françoise eut la bonne pensée de les interrompre ; mais, retenue par la crainte, elle hésitait… Son Ange lui appliqua sur la joue un soufflet.
Il avait aussi pour mission de la protéger contre les vexations de Satan, qui, jaloux de sa sainteté et furieux du bien qu'elle produisait autour d'elle, la jetait par terre, la traînait par les cheveux, et la frappait cruellement.

Chanoine Millot, Trésor d'Histoires pour l'explication de la doctrine chrétienne, T.1.
Paris, Lethielleux, 1909.

Sa caractéristique est la présence continuelle d'un Ange à ses côtés. Elle est représentée ainsi dans sa grande statue monumentale qui figure à Saint-Pierre de Rome. Dans l'oraison de sa fête, l'Eglise remercie Dieu de ce que, parmi d'autres dons de sa grâce, il l'a gratifiée d'un commerce familier avec un Ange et demande, par ses mérites et son intercession, que ses enfants entrent un jour dans la société des Anges. Il est impossible de trouver une plus formelle déclaration que l'Eglise a cru et croit à l'intervention visible d'un Ange dans la vie de sainte Françoise Romaine. Et, pourtant, cet Ange est resté invisible à tous autres yeux qu'aux siens. Mais sainte Françoise a déclaré d'une manière si affirmative à son confesseur qu'un Ange était sans cesse à ses côtés, elle a détaillé d'une manière si précise les services qu'il lui rendait que l'Eglise, jugeant la sainte saine d'esprit et grandement éclairée de Dieu, s'est rendue à son témoignage et a refusé de croire à une hallucination dont elle aurait été obsédée. Une hallucination n'éclaire pas, ne console pas, ne fortifie pas ; or, l'ange familier communiquait à sainte Françoise de pénétrantes lumières, l'inondait de consolations divines, lui infusait de surnaturelles énergies.

R.P. Dom Bernard-Marie Maréchaux, Réalité des apparitions angéliques, 1995, © Editions Bénédictines, Rue E. Guinnepain - 36170 St-Benoît-du-Sault - France.

Françoise a raconté ce qu'elle voyait : l'Ange laissé par Evangelista (a) avait à peu près sa taille ; il était revêtu d'une petite aube d'une blancheur éclatante et, par-dessus, d'une tunique ou dalmatique, comme les ministres de l'autel. Cette tunicelle était tantôt d'une blancheur de neige, tantôt bleue comme l'azur du ciel, ou bien rouge et couleur de flamme.
L'Archange se tenait ordinairement debout, les yeux levés au ciel, les mains croisées sur la poitrine dans l'attitude d'une contemplation et d'une adoration continuelles. Il était environné d'une lumière qui, pour la Sainte, ne cessait pas d'être visible. Quand elle ne le voyait pas, elle voyait cette splendeur ; celle du visage de son guide était si grande que ses yeux en étaient éblouis. Cependant cet éclat se tempérait, et elle pouvait le fixer quand les démons la tourmentaient, ou quand elle parlait de lui à son confesseur. Il lui apparaissait alors dans une lumière très douce, n'ayant plus d'éclat que dans les yeux ; on aurait dit un enfant de neuf ans, bien que sa taille fût plus élevée. Quand il marchait par un sentier boueux, ses pieds n'y enfonçaient point et restaient toujours purs.
Mais ce qui lui donnait toute sa beauté, c'était une magnifique chevelure dorée dont les boucles descendaient sur son cou ; elle brillait tellement qu'à sa clarté Françoise pouvait lire son office ou tout autre livre et écriture comme elle l'eût fait en plein jour. Les démons venaient-ils à l'attaquer, l'Archange secouait sa chevelure et les brillantes étincelles qui s'en échappaient mettaient en fuite ces Anges de ténèbres, qui ne peuvent plus supporter la lumière parce que leurs œuvres sont mauvaises.
S'il était besoin d'un secours plus puissant, l'Archange se plaçait entre la Sainte et ses ennemis et repoussait les coups qu'ils voulaient lui porter. La lutte était-elle secrète, se passait-elle dans l'âme, l'Archange n'avait qu'à tourner les yeux vers Françoise pour la consoler et la remplir de joie.
Son action se distinguait de l'action ordinaire de l'ange gardien en ce qu'elle aidait la sainte dans la conduite des âmes. Elle les voyait à sa lumière et pénétrait les secrets les plus cachés des cœurs. Il en résultait quelque chose de surhumain dans sa sagesse, dans son discernement des esprits qui la favorisait merveilleusement pour la direction de son Œuvre.
Cette lumière qui venait de Dieu, resplendissant encore plus sur son âme à elle, lui en faisant apercevoir les moindres taches et quand sa conscience ne lui reprochait rien, sa bassesse, sa misère, mise en comparaison de cette splendeur du prince céleste, la remplissaient d'humilité et de confusion. Elle sentait son néant en présence de Dieu, dont la gloire a de si beaux reflets ; elle ne trouvait plus que ténèbres, fange et souillures en elle-même.
Son confesseur - qui fut aussi son premier biographe - l'interrogeait souvent sur ce céleste compagnon, Dieu le permit pour nous faire connaître ce qu'eût caché l'humilité de Françoise. Elle lui avoua entre autres choses, que si l'Ange avait quelque communication à lui faire, elle voyait ses lèvres se mouvoir et entendait une voix très douce. Alors son âme était inondée de joie et de paix : elle oubliait bien vite tous les tourments que lui causaient les démons.

(a) : Evangelista était le fils cadet de sainte Françoise Romaine, enfant mort au cours de l'épidémie de peste qui s'était abattue sur Rome en 1411.

Rabory Dom J. o.s.b., Vie de sainte Françoise Romaine, Paris, Librairie Catholique internationale de l'œuvre de Saint-Paul.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Jean de la Croix

Réformateur de l'ordre du Carmel, docteur de l'Eglise
Né en 1542 à Fontiveros (Vieille Castille, Espagne)
Mort le 13 décembre 1591 à Ubeda (Andalousie, Espagne)

Avis :

Considérez que votre Ange gardien n'incline pas toujours vos tendances à agir, bien qu'il éclaire toujours votre entendement. Aussi ne regardez pas au goût que vous éprouvez ou non, quand il s'agit de pratiquer la vertu ; la raison et l'entendement vous suffisent.

L'esprit qui se porte aux choses crées n'est pas apte à recevoir l'impulsion de l'ange (a).

Les Anges sont nos pasteurs ; non seulement ils portent à Dieu nos messages, mais ils nous apportent aussi ceux de Dieu. Ils nourrissent nos âmes de leurs douces inspirations et des communications divines ; en bons pasteurs, ils nous protègent et nous défendent contre les loups, c'est-à-dire contre les démons.

Par leurs secrètes inspirations, les Anges procurent à l'âme une connaissance plus haute de Dieu ; ils l'embrassent ainsi d'une plus vive flamme d'amour pour lui ; ils vont même jusqu'à la laisser toute blessée d'amour (b).

(a) : N° 34 et 35
(b) : N) 220 et 221

Saint Jean de la Croix, Oeuvres spirituelles, paris, Le Seuil, 1947. Avis et maximes sur la vie spirituelle.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint François de Sales

Evêque de Genève (Suisse), docteur de l'Eglise
Né le 21 août 1567 au château de Sales, près de Thorens (Savoie)
Mort le 28 décembre 1622 à Lyon

Rendez-vous fort familière avec les Anges ; voyez-les souvent invisiblement présents à votre vie, et surtout aimez et révérez celui du diocèse dont vous êtes, ceux des personnes avec lesquelles vous vivez, et spécialement le vôtre ; suppliez-les souvent, louez-les ordinairement, et employez leur aide et secours en toutes vos affaires, soit spirituelles soit temporelles, afin qu'ils coopèrent à vos intentions.

Saint François de Sales, Introduction à la vie dévote, 2° partie, chap. 16

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Jean-Marie Vianney

Curé d'Ars-sur-Formans
Né en 1786 à Dardilly, près de Lyon
Mort en 1859 à Ars-sur-Formans

L'ange Gardien est toujours à nos côtés pour nous porter au bien et nous défendre contre les mauvais Anges qui, sans cesse, rôdent autour de nous pour nous porter au mal.

Le Prêtre de Village, Jean-Marie-B. Vianney, par une Société, d'après les mémoires de M. Pierre Oriol et autres, Imprimerie administrative, Vve Chanoine, Lyon, 1875.
Abbé A. Monnin, Esprit du Curé d'Ars, M. Vianney dans ses catéchismes, ses homélies et sa conversation, Téqui, Paris, 1975 (50° mille)

Il faut, dès le matin, en s'éveillant offrir à Dieu son coeur, son esprit, ses pensées, ses paroles, ses actions, tout soi-même, pour ne servir que sa gloire. Renouveler les promesses de son baptême, remercier son Ange gardien, lui demander sa protection, à ce bon Ange qui est resté à côté de nous pendant notre sommeil.

Abbé A. Monnin, Esprit du Curé d'Ars, M. Vianney dans ses catéchismes, ses homélies et sa conversation, Téqui, Paris, 1975 (50° mille)

Si vous êtes dans l'impossibilité de prier, cachez-vous derrière votre bon Ange, et chargez-le de prier à votre place.

Abbé A. Monnin, Esprit du Curé d'Ars, M. Vianney dans ses catéchismes, ses homélies et sa conversation, Téqui, Paris, 1975 (50° mille)

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Sainte Gemma Galgani

Vierge séculière
Née le 12 mars 1878 à Camigliano (Toscane, Italie)
Morte le 11 avril 1903

Dans sa miséricorde infinie et sa paternelle tendresse, le Seigneur, venant au secours des pauvres enfants d'Adam, qu'il voulait sauver, ne fit rien moins que les placer sous la protection des Anges, ministres de sa céleste cour.
Chacun de nous est assisté d'un de ces purs esprits, que nous appelons avec raison notre bon Ange. Il nous prend par la main, dès notre entrée dans la vie, pour ne plus nous quitter tant que dure notre course mortelle.
[...]
Puisque Gemma se trouvait prédestinée à un degré très élevé de gloire et de félicité célestes, il était naturel et conforme à la Sagesse divine, que l'Ange préposé à sa garde eût d'elle un soin tout spécial. La grâce, qui se manifestait par ailleurs, dans cette âme fortunée, en des phénomènes si prodigieux, allait prendre corps, d'une façon non moins prodigieuse, dans l'assistance de son bon Ange.
[...]
Le plus frappant, dans ce suave commerce, était la présence sensible et presque continuelle de l'ange. Gemma le voyait de ses yeux corporels, le touchait de ses mains, comme une personne vivante, liait conversation avec lui comme avec un ami. "Jésus, m'écrivait-elle, ne s'est pas fait voir depuis six jours ; mais il ne m'a pas laissée tout à fait seule ; l'ange gardien se tient toujours, visible, près de moi." Avec quelle effusion elle rendait grâces à Dieu de ce bienfait, et témoignait à l'esprit tutélaire sa reconnaissance ! " Si quelque fois je suis mauvaise, cher Ange, lui disait-elle, ne te fâche pas ; je veux te montrer ma gratitude. - Oui, répondait le céleste gardien, je serai ton guide et ton compagnon inséparable. "

R.P. Germain de Saint-Stanislas c.p. (directeur spirituel de Gemma), La séraphique vierge de Lucques, Gemma Galgani, Arras, Brunet, 1910.

Si l'Ange gardien de Gemma demeurait au second plan, l'ensemble de leurs relations relevait du "grand amour" : l'Ange la surveillait, lui faisait du café, lui expliquait les Mystères, l'embrassait, mais surtout l'aidait de son mieux à souffrir pour le Christ. Quant à Gemma, elle s'adressait à l'être céleste et lus d'une fois ses proches la virent marchant, tout en parlant à un interlocuteur invisible :

"L'Ange me regardait si affectueusement ! Et quand il fut sur le point de partir, alors qu'il s'approchait de moi pour m'embrasser sur le front, je l'ai prié de ne pas me laisser encore. Mais lui me dit :
- Il faut que je m'en aille
- Alors va et salue Jésus.
Il m'a jeté un dernier regard, me disant :
- Je ne veux plus que tu entretiennes de conversations avec les créatures ; lorsque tu veux parler, parle avec Jésus et avec ton Ange.
Le jour suivant, à la même heure, le voici de nouveau. Il s'est approché de moi, il m'a caressée et, avec affection, je n'ai pu m'empêcher de lui dire :
Mon Ange, comme je t'aime !" (in La folie de la Croix tome 2, J.F. Villepelée, Ed. Parvis)

Bien que laïque, la splendide vierge fut canonisée 37 ans seulement après sa mort. En raison de divers signes surnaturels et guérisons inexplicables, Rome s'est intéressé à son cas en 1917 et elle fut proclamée sainte le 26 mars 1936. Depuis, son visage continue de fasciner les foules… Gemma, c'est le mystère des Mystères, l'Amour d'une vierge pour Celui qui a aimé le monde, et leur colloque de souffrance nous semble appartenir à un monde absurde. En apprenant à souffrir comme Il a souffert, en réussissant à résister aux tentations, et en parvenant à se mortifier au point de tuer en elle tout désir qui aurait pu mettre en danger sa virginité, Gemma s'est hissée à Son niveau et s'est débarrassée de toute tache. Avec une telle pureté, voir son Ange gardien lui était aussi naturel que pour nous de voir le facteur tous les matins. Gemma cependant n'a guère décrit son compagnon car elle voyait l'Ange comme elle voyait sa belle-mère ou son confesseur. Sa présence pour elle n'avait rien d'exceptionnel et dans sa simplicité d'enfant, elle ne se rendait absolument pas compte que cela aurait pu passionner des milliers de gens. Elle évoluait parmi les Anges comme un cygne sur un lac, insensible à la beauté qui l'environne. Seule le Christ comptait à ses yeux. Même son confesseur, le très strict Père Germain, marquera sa surprise en entendant Gemma lui expliquer que son Ange lui avait dit ceci ou cela et lui demanda d'être prudente, puisque n'est-il pas écrit que le diable peut se déguiser en Ange de Lumière, et par conséquent de repousser toute vision. Alors Gemma, toujours dans sa naïveté désarmante, lui écrira quelques jours plus tard que lorsque l'Ange arrive, ils bavardent ensemble et adorent Dieu. Elle lui demandera même "Est-ce bien ainsi ? Dites-moi si je suis dans l'obéissance ?". Même le confesseur ne savait plus quoi lui dire. Pourtant, elle finira par "tester" la présence, obéissant à la lettre aux ordres du Père Germain et cela nous permet de dire qu'il s'agit du seul cas dans les annales de l'angélologie moderne où son protégé crache sur son Ange gardien !

"Un jour que l'Ange gardien se présenta, Gemma lui cracha à la figure, cherchant à le renvoyer. Mais l'Ange ne bougea pas, et même, là où cracha Gemma, aux pieds de l'Ange surgit une rose blanche ; sur ses pétales était inscrit en lettres d'or "on reçoit tout de l'Amour" (in La folie de la Croix tome 2, op. cit.)

Ce détail est important car sincèrement quelle idée de vouloir cracher sur un Ange ? C'est grotesque et fort laid, tellement laid d'ailleurs qu'il est clair que ce ne peut être une anecdote inventée. Mais le Père Germain craignait sans doute que le Malin ne profite de la naïveté de Gemma. Finalement il décida de vérifier lui-même. On ne sait trop comment il est arrivé à cette conclusion, mais il écrivit qu'ayant assisté "plusieurs fois personnellement aux prières et aux malédictions de Gemma et de son Ange, j'ai pu me convaincre, par mes seules observations extérieures, de la réalité de tous les détails qu'elle me donnait ensuite dans ses comptes de conscience". Les observations extérieures dont parle le prêtre n'ont rien à envier à ce que l'on faisait subir aux enfants qui affirmaient voir la Vierge :

"Toutes les fois, a-t-il remarqué (le Père Germain), qu'elle levait les yeux sur l'Ange pour l'écouter ou lui parler, même en dehors de la prière, elle perdait l'usage des sens. On pouvait alors la secouer, la piquer, la brûler, sans réveiller sa sensibilité. Mais dès qu'elle avait détourné ses regards de l'Ange ou cessé le colloque, ses relations avec notre monde reprenaient. Ce phénomène se renouvelait infailliblement à chacune de ses communications avec l'Esprit bienheureux, si rapprochées fussent-elles." (in La Bienheureuse Gemma Galgani, Germano et Felix, Revue de la Passion, Librairie Mignard, Paris, 1933)

Selon le prêtre, Gemma lui envoyait aussi des messages que son Ange se chargeait de lui remettre, même lorsqu'il se trouvait en consultation à Rome. Il retrouvait dans sa chambre des lettres de Gemma sans timbre ! Cela l'a tant impressionné, qu'il ne douta plus jamais de la présence de l'Ange gardien de Gemma Galgani.

In Pierre Jovanovic, Enquête sur l'existence des Anges gardiens - Chap. 9 : "Des stigmatisés et des Anges".

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint Padre Pio

Prêtre capucin
Né le 25 mai 1887 à Pietrelcina (Benevento, Italie)
Mort en 1968 à San Giovanni Rotondo (Italie)

Lettre du 20 avril 1915, adressée à Raffaelina Cerase :

O Raffaelina, comme il est consolant de savoir que nous sommes toujours sous la garde d'un Ange céleste qui ne nous abandonne même pas (chose admirable) dans l'action par laquelle nous déplaisons à Dieu... Prenez la belle habitude de toujours penser à lui. Que, à côté de nous, il y a un esprit céleste qui, du berceau à la tombe, ne nous quitte pas un instant, qui nous guide, qui nous protège comme un ami, comme un frère, qui doit aussi nous consoler toujours, spécialement dans les heures qui sont, pour nous, les plus tristes. Sachez, O Raffaelina, que ce bon Ange prie pour vous : il offre à Dieu toutes les bonnes oeuvres que vous faites, vos désirs saints et purs. Dans les heures où il vous semble être seule et abandonnée, ne vous plaignez pas de ne pas avoir une âme amie à qui vous puissiez vous ouvrir et à qui vous puissiez confier vos peines ; par charité, n'oubliez pas cet invisible compagnon, toujours présent pour vous écouter, toujours prêt à vous consoler. O délicieuse intimité ! O heureuse compagnie ...

Correspondance du Padre Pio, rassemblée par Jean Derobert, Ed. Hovine, 1987.

Souvenez-vous que nous sommes avec Dieu quand notre âme est en état de grâce, et loin de lui quand nous sommes en état de péché grave ; mais son Ange - notre Ange gardien - ne nous abandonne jamais... C'est notre ami le plus sûr et le plus sincère quand nous n'avons pas le tort de l'attrister par notre mauvaise conduite.

Padre Pio, Une pensée par jour, Paris, Mediaspaul, 1991

Jean Derobert raconte sa rencontre avec le Padre Pio, à l'occasion d'une confession à San Giovanni :

Je prends place au confessionnal.
- Père, je suis français.
- Bene, qu'as-tu fait ? me demande-t-il en latin.
- Parlez italien père, je le comprends.
- Bene, cos' hai fatto ?
- Je ne sais pas !
Puis, commençant à perdre contenance, je m'énerve. Je me sentais ridicule parce que je ne savais pas quoi lui dire. Le trou noir. Ce n'est qu'ensuite que j'avais appris que le Padre Pio mettait l'âme à nu. Pendant ce temps, il souriait.
- Père, j'ai fait cela... et cela...
- Oui, c'est vrai, me dit-il, mais cela a été pardonné vendredi dernier.
Et c'était la stricte vérité.
- Mais tu oublies telle et telle chose... Il y a deux ans, dans tel endroit. Pourquoi as-tu fait cela... Et cela ? Vero ?
Les larmes aux yeux, il m'a montré la gravité de certaines actions... gravité à laquelle, à vrai dire, je n'avais jamais songé. Mais, à ce moment-ci, à les entendre expliquées de la bouche du Padre Pio, elles prenaient pour moi leurs véritables dimensions.
- Ca c'est grave... c'est grave ! et il se mettait à pleurer et à souffrir.
J'étais très mal à l'aise, d'autant plus que tout ce qu'il disait était vrai. Il m'a même donné des détails exacts que j'avais totalement oubliés moi-même. Parfois, on agit par réflexe, sans même avoir le sentiment d'une culpabilité quelconque. Il me donne l'absolution. Puis il me dit :
- Tu crois à ton Ange gardien ?
- Euh, je ne l'ai jamais vu.
Me fixant de son oeil pénétrant, il m'administre une paire de gifles, et laisse tomber ces mots :
- Regarde bien, il est là et il est très beau !
Je me retournai et ne vis rien, bien-sûr, mais le père lui, avait dans le regard l'expression de quelqu'un qui voit quelque chose. Il ne regardait pas dans le vague.
- Ton Ange gardien, il est là et il te protège ! prie-le bien... Prie-le bien !
Ses yeux étaient lumineux : ils reflétaient la lumière de mon Ange.

Jean Derobert, Padre Pio témoin de Dieu, Marquain (Belgique), Ed. Jules Hovine, 1986.

barre_arc_en_ciel_anime.gif (4491 octets)

Saint José Maria Escriva

Prêtre, fondateur de l'Opus Dei (1902-1975)
Canonisé à Rome le 6 octobre 2002 par Jean-Paul II.

Aie confiance en ton Ange gardien. Traite-le comme un ami intime : il l'est. Il saura te rendre mille petits services dans les affaires ordinaires de chaque jour.
(chemin 562)

Gagne à ta cause l'Ange gardien de celui que tu veux amener à ton apostolat. C'est toujours un grand "complice".
(chemin 563)

Je sais que je te donne une joie, en te recopiant cette prière aux saints Anges gardiens de nos tabernacles : "O Esprits angéliques qui gardez nos tabernacles, où repose le gage adorable de la Sainte Eucharistie, défendez-la des profanations ! et conservez-la à votre amour."
(chemin 569)

 

Sommaire Textes de Référence

 


Mon site portail


Mon site sur l'Onsei-Do

Copyright © Isabelle Padovani
Dernière révision : 10 décembre 2017.